LE MONDE DE LA VOYANCE

LE MONDE DE LA VOYANCE

Forum sur les voyants, le paranormal, l'addiction à la voyance
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'autiste voyant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
wise1980

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 29/10/2012
Age : 37
Localisation : idf

MessageSujet: L'autiste voyant   Sam 22 Avr 2017 - 23:30

Bonsoir,

J'ai fréquenté ce forum un moment, et j'y ai passé de superbes moments. J'y ai fait de la voyance, parlé un peu reiki.

Puis j'ai décidé, après un clash, de complètement laisser tomber la voyance. Mais quelques années plus tard, je l'ai refait plusieurs fois pour une amie, et de nombreuses choses se sont réalisées.

Puis, la sentant dans la dépendance, je lui ai dit que je préférais tout stopper. Mais je me suis coupé d'une partie complète de moi, par erreur.

Je me suis toujours senti décalé, déphasé par rapport aux gens. Comme un extra-terrestre débarqué par erreur sur une autre planète. J'ai attribué ça à la maturité, la philosophie taoïste, la spiritualité...

Puis mes deux enfants ont été diagnostiqués autistes de haut niveau, une forme d'autisme sans déficience intellectuelle, mais handicapante au quotidien malgré tout. En entendant les médecins énoncer leurs symptômes, je me suis reconnu dedans. Non, je ne peux pas être autiste, ce n'est pas possible, on l'aurait su.

J'ai passé des tests à Robert Debré, dans le cadre de la recherche et ils m'ont dit que je rentrais dans énormément de cases. Que pour eux, j'étais autiste asperger.

Alors j'ai décidé de mener cela jusqu'au bout, de contacter le Centre Expert Asperger de Créteil pour passer les deux jours de bilan.

Eh bien voilà. Le 21 avril 2017, à 11h, j'étais au Centre pour que l'on me fasse la lecture du bilan de deux jours que j'avais passée les 8 et 24 février.

La conclusion finale est sans appel:

"L'évaluation clinique met en évidence des anomalies de la communication verbale et non verbale, de compréhension des émotions et des intentions chez autrui évoluant depuis l'enfance. Des centres d'intérêts restreints sont également rapportés. On note des particularités perceptives comme une hypersensibilité haptique, aux bruit et à la lumière.

M S. aurait une pensée visuelle (note: c'est à dire que lorsqu'on me parle ou que j'entends quelqu'un parler, des images défilent dans ma tête très rapidement, en général c'est une compréhension au premier degré de ce que je comprends, voire c'est une compréhension de mots par liaison phonétique, complètement hors contexte)

Selon les scores obtenus aux tests diagnostiques et au vu des éléments recueillis, le diagnostic de trouble du spectre de l'autisme sans déficit intellectuel est retenu." (ils ne disent plus Asperger depuis 2013 apparemment)

Dans le rapport détaillé précédant cette conclusion, on peut lire:
"M S. est calme et coopérant. Il ne soutient pas le regard de l'interlocuteur. Le débit verbal est adapté ainsi que le contenu du discours. Il n'y a pas de stéréotypie verbale. La voix est peu modulée, présentant une anomalie de la prosodie affective et une tonalité monocorde. L'expression mimique et la gestuelle sont diminuées.

M S. est en difficulté pour comprendre l'implicite dans les propos d'autrui ainsi que pour identifier spontanément le sens figuré des mots. La compréhension des codes sociaux qui régissent les interactions sociales est également difficile et serait, de ce fait, source de fatigue au quotidien en lien avec les ressources cognitives mobilisées par le patient pour y accéder partiellement. Concernant les émotions, M S. a des problèmes pour les identifier et les exprimer: les siennes ainsi que celles d'autrui. La théorie de l'esprit nous semble altérée et la capacité à faire preuve d'empathie, diminuée.

Le discours de M S. peut être parfois logorrhéique et l'interlocuteur doit intervenir à plusieurs reprises pour canaliser la conversation. On remarque la tendance à rechercher les mots exacts pour s'exprimer en rendant parfois le discours peu fluide.

M S. investit la communication non verbale en utilisant des gestes informatifs et descriptifs. Les gestes émotionnels sont très peu utilisés.

M S. a un bon contact oculaire. Il dirige un éventail limité d'expressions faciales vers l'interlocuteur mais en général, la relation est confortable et de bonne qualité. M S. ne comprend pas toujours ses ressentis ainsi que ceux des autres (sauf si exagérés). La conversation est plutôt à sens unique, rarement réciproque, mais confortable et soutenue.

M S. réalise des activités créatives et d'imagination. Il a tendance à se focaliser sur les détails au détriment du global. On remarque des difficultés lors de la tâche "raconter une histoire à partir d'un livre". M S. se dit être en difficulté lorsqu'il est face à des activités ou des éléments considérés illogiques."

Dans la partie sur les données du Bilan Neuropsychologique, il est écrit:
"Les performances du sujet sont significativement en dessous de la moyenne attendue. Cliniquement, le patient semble parfois détecter qu'un faux pas a possiblement été commis, mais ne semble pas parvenir à isoler les éléments pertinents de l'histoire permettant de trancher en faveur ou en défaveur d'un faux pas, ce qui donne au total des performances tournant autour du hasard (c'est à dire 50%)"

Il y a également eu une partie, dans le test du QI, sur la faiblesse dans les capacités d'inhibition (en gros, la première réponse qui me vient à l'esprit est celle que je sors, hors contexte, comme le mot vert écrit en bleu. Je suis censé dire la couleur mais je dis le mot écrit) et des difficultés dans la restitution d'informations générales.

Je suis donc autiste asperger, pour reprendre l'ancienne nomenclature. On parle aussi, dans mon cas, d'autiste à haut niveau de fonctionnement, mais cela caractérise les autistes qui ont parlé tard, comme mes enfants, alors que j'ai parlé très tôt, ce qui me colle l'étiquette d'autiste asperger.

La boucle est donc bouclée. Je vais pouvoir m'accepter pleinement avec mes différences, apprendre à retirer le masque social et ... laisser mes ressentis s'exprimer, puisque je ne peux comprendre les gens par la théorie de l'esprit.

Je suis sûr que grâce au bouddhisme, j'ai déjà énormément évolué et j'évoluerai encore.

Mais il y a autre chose. J'ai rencontré quelqu'un avec qui il a failli se passer quelque chose, mais elle a pris peur et ça n'a pas marché. Mais grâce à elle, j'ai compris que ma capacité de voyance s'était étendue. A présent, je perçois des choses au niveau du corps de la personne, ainsi que des images sur l'état d'esprit.

Quand je lui avais dit "on se voit dimanche?", j'avais eu l'image d'un flash (comprenez la lumière vive), et d'un poing qui se ferme, comme si elle s'était sentie brusqué, que son esprit s'était figé, incapable de réagir. J'avais ressenti aussi chez elle une crispation au niveau des omoplates. Quand je lui en ai parlé par mail, elle m'a dit que j'avais complètement ressenti son état d'esprit du moment. Mais son visage n'avait rien exprimé pour moi.

Chez elle, j'avais vu une photo de sa fille qui était ballerine. Je lui ai dit que je ressentais que c'était un moment de légère tension, comme lorsqu'on va faire quelque chose de valeur, avant d'offrir une partie de soi. Elle a souri et a tenu à me montrer la vidéo du spectacle (ce passage là, en fait). Au moment de la scène, les ballerines ont croisé leurs mains sur leur poitrine, puis les ont ouvertes en les éloignant de leur corps, et en les faisant battre comme les ailes d'un papillon. Elle m'a expliqué qu'elles offraient leur coeur, que c'était véritablement l'image du don qu'elles exprimaient.

Et je me rends compte que, tel un aveugle qui ne peut voir le visage des gens et qui se fie à leur voix, je vais apprendre à me fier de plus en plus à ce que je perçois.

On peut donc être autiste asperger et avoir des capacités de voyance.

Ces dernières années, malgré ce clair sentiment que j'étais différent, j'ai investi beaucoup de temps dans le bouddhisme, le reiki. Et cela m'a ouvert de très belles portes sur mon inconscient. J'ai appris à percevoir, en méditation, mon esprit, à le voir agité et à lui parler, comme si je me plaçais à un niveau plus élevé que lui. C'est un travail que j'ai aussi récemment fait avec Suyin Lamour qui m'accompagne dans mes problèmes de vacuité/dualité.

En effet, depuis quelques temps, je perçois que la séparation des corps est une illusion et j'ai la sensation de vivre une réalité fausse, mais comme personne ne semble le percevoir, je ressens un profond malaise à cet égard. Suyin m'aide à accepter cet état, à l'embrasser afin de faire coexister la réalité de l'union avec l'illusion de la séparation.

Je travaille aussi avec elle sur la sensation de manque. Dans le bouddhisme, dans Conversations Avec Dieu, on nous explique que le manque est une illusion. Plus j'avance, plus je me rends compte que c'est vrai, mais j'ai la sensation de m'éloigner encore davantage de l'image de la société qui nous fait croire qu'il est normal de ressentir un manque et que des conditions extérieures vont pouvoir les combler.

Je me rends compte qu'une marge de progression énorme est possible pour chacun d'entre nous. Et si je peux le faire, en étant autiste asperger, alors n'importe qui peut le faire. Grandir spirituellement, apprendre à développer la compassion même si l'on ne parvient pas à se mettre à la place des autres (= empathie), apprendre à se tourner vers les autres même si l'on se sent profondément différent.

C'est un apprentissage d'une vie, mais la clef du bonheur n'est, à mon sens, définitivement pas à l'extérieur. Je crois que je vais reprendre des exercices de voyance pour redévelopper ça, pour complètement me tourner vers le ressenti, les perceptions avec les gens et faire abstraction de ce que je vois qui n'est pas une source fiable pour moi.

J'ai écrit tout une série d'articles sur l'autisme, sur mon site, mais aussi sur ma quête du bonheur: 
http://www.unchoix-uneroute.com/difficultes-de-la-vie/je-suis-autiste-asperger
http://www.unchoix-uneroute.com/ma-vie/lautisme-asperger-emotions
http://www.unchoix-uneroute.com/ma-vie/autisme-asperger-relations-autrui-jeu-social
http://www.unchoix-uneroute.com/ma-vie/autistes-aspergers-ne-ressentent-rien-nont-demotions-non
http://www.unchoix-uneroute.com/ma-vie/tests-asperger-centre-expert-creteil

Vous savez... j'ai été malade ces derniers mois, et ai perdu 22kg. Non, ma vie n'est pas en danger, mais mon foie a été malmené. J'en ai guéri, mais des douleurs subsistent. Le reiki m'a énormément aidé et continue de m'aider. Les médecins m'ont fait passer une batterie d'examens, et il ne reste que l'estomac à vérifier. Mais encore une fois, tout ceci m'a rappelé à quel point tout peut basculer rapidement et que l'important, c'est maintenant, c'est l'instant présent. Nous ne maîtrisons, à mon sens, rien des conditions extérieures. Nous ne savons pas ce qui arrivera. Alors il faut vivre, vraiment apprendre à vivre notre vie.


Amitiés à tous et toutes,
John
Revenir en haut Aller en bas
http://www.unchoix-uneroute.com
wise1980

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 29/10/2012
Age : 37
Localisation : idf

MessageSujet: Re: L'autiste voyant   Dim 23 Avr 2017 - 21:14

J'en remets une petite tartine positive, ce soir.

J'ai la sensation d'avoir posé mes valises, c'est étrange.

Le constat que j'ai toujours fait, aussi loin que je puisse m'en rappeler (c'est à dire l'âge de 4 ans), c'est: "je ne comprends pas les gens. Je ne comprends pas leur manière de penser, de réagir, pourquoi ils ont telle ou telle émotion en réaction à certains événements. Je ne comprends pas. J'ai l'impression d'être vraiment différent d'eux". Ça a entrainé une sorte de déprime chronique, de découragement, lassitude. Malgré tous mes efforts, je n'ai jamais réussi à comprendre les gens qui m'entouraient. A 19 ans, j'ai dit à ma sœur que je portais un masque en permanence et que je ne me sentais moi-même avec personne.

Je prends tellement sur moi tous les jours pour avoir l'air comme tout le monde, avoir les mêmes réactions que les gens aux mêmes sujets... que je me suis complètement coupé de moi-même, ce qui a provoqué beaucoup de tristesse. Et même en essayant de mimer les gens, je suis de plus en plus mis de côté par les collègues, à chaque mission, ce qui me décourage profondément. Quand j'étais instit, c'était pareil. Au bout de quelques mois, presque plus personne ne me parlait. 

Mais si je ne copiais pas les réactions des gens au travail... je ne réagirais pas. Je ne trouve pas drôle les mêmes choses que mes collègues, je suis amusé par des choses qui les font juste sourire. J'ai une manière de penser très différente d'eux. Je vibre profondément pour des choses qui les laissent de marbre, comme certains films profonds tels "In America", ou certains morceaux classiques.

En fait, c'est exactement ce dont Josef Schovanec parle ici (la vidéo dure 3min48):http://www.dailymotion.com/video/xpxi2f_josef-schovanec_news

Cette comédie sociale m'épuise et j'aspire à ne plus la faire quand je serai employé par auticonsult (boite d'informatique qui embauche des autistes asperger informaticien. Je les ai contactés pour les rejoindre après ma mission actuelle si je parviens à la mener à son terme, c'est à dire novembre 2018)

Quand le centre expert m'a montré des dizaines de photos en me proposant quatre émotions à chaque fois, je regardais les visages et j'avais l'impression qu'ils n'exprimaient rien. Je cherchais des indices, comme l'angle des sourcils, l'orientation du regard, la bouche, mais je suis resté longtemps devant chaque photo, à éliminer par déduction les propositions. Il m'est à plusieurs reprises arrivé de dire qu'aucune des quatre propositions ne reflétait pour moi ce que je pensais que la personne ressentait. J'avais déjà vu ces expressions sur les visages de mes collègues, mais je m'étais toujours demandé ce qu'elles signifiaient. Je me basais sur leurs paroles pour en tirer des conclusions.

Je suis différent, mais... je crois que ce n'est pas grave au final. Nous le sommes tous. Mon hyperacousie me permet de vivre la musique de façon profonde et unique. J'entends vibrer les cordes, les sons se prolonger, se mélanger... depuis que j'ai découvert la musique, un monde s'est ouvert à moi. Un jour, je l'espère de tout cœur, je reprendrai des cours de solfège et de composition musicale. J'y aspire profondément. J'ai la capacité de concevoir des schémas d'architecture logicielle complexes, ai une grande mémoire auditive. J'ai aussi une très grande sensibilité.

Comme me l'a dit mon oncle, que j'ai l'étiquette asperger ou non, j'ai toujours vécu avec, ça ne changera probablement rien sinon m'éclairer sur la raison de mes difficultés. Comprendre pourquoi je les ai toujours vécues en me sentant différent, anormal. Mais ce n'est pas qui je suis, ça ne change rien à ce que je suis, et je ne suis pas moindre en l'étant, comme une personne n'est pas moindre en étant sourde ou aveugle. Elle est juste différente, et ce n'est pas grave. 

En fait, et j'espère que ça en sera le cas, j'ai voulu avoir un diagnostic car j'ai passé tant d'années à comprendre "ce qui clochait chez moi" à travers des livres, des films, des thérapies avec des psychiatres, des traitements médicamenteux (je ne prends plus rien depuis mars 2013)... que j'étais découragé de ne pas savoir. Je me sentais déphasé en permanence, décalé, différent, mais je ne comprenais jamais pourquoi. La sensation d'être un extra-terrestre sur cette planète.

En fait, je me savais décalé, déphasé, mais j'ignorais que c'était à ce point. Le résultat du diagnostic m'a étonné. Ce que mon père a dit sur moi aussi, sur mon enfance (que j'étais un enfant solitaire, que je n'allais jamais vers les gens, que je jouais dans mon coin à des jeux de construction sans rechercher la compagnie de la famille, que je souriais peu). Je n'avais pas le souvenir d'être ainsi, et c'est frappant.

Et à présent, on sait. J'ai un trouble du spectre autistique. Certaines choses peuvent évoluer, d'autres ne changeront jamais. J'ai des deuils à faire, et le coeur en joie à avoir concernant ce qui pourra s'améliorer. L'autisme fait partie de moi, mais ne me caractérise pas, n'est pas moi. Et sûrement grâce à l'autisme, j'ai embrassé le bouddhisme, le reiki, la musique, le dessin, le chant, l'écriture, la voyance...

Je crois que si je m'accepte avec ma différence, je serais plus heureux, plus épanoui. Il y a aussi des conditions extérieures qui doivent changer pour mon équilibre personnel, et j'y travaille (notamment travailler 3 jours sur 5 en semaine pour commencer à privilégier ma vie spirituelle en me tournant vers les autres comme je le peux les deux derniers jours)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.unchoix-uneroute.com
lekim
Admin
avatar

Messages : 6028
Date d'inscription : 27/10/2011

MessageSujet: Re: L'autiste voyant   Lun 24 Avr 2017 - 7:46

Merci John pour cet émouvant témoignage ...sur la différence ...oui les gens "dit" normaux ont toujours eux peur et repousse les personnes différentes d'eux ...on se sent incompris, blessé, rejeté et on en souffre sans savoir pourquoi ....tu as je le sais longtemps chercher dans le boudhisme, le reiki des réponses...et aujourd'hui tu peux mettre un mot sur le pourquoi tu es ainsi  et je pense que tu vivra beaucoup plus sereinement à l'avenir...car c le fait de ne pas savoir qui fait qu'il y a tant d'incompréhension et tant de souffrance .... tu sais aussi pourquoi tu "ressens" plus les choses que tu ne les "voit" ...que des images te viennent à l'esprit comme des flash etc...cela me touche que tu veuilles venri pour relater ton histoire et peut être aussi aider d'autres qui sont comme toi ....j'espère que tu pourras vivre apaiser et trouver un jour une femme qui t'acceptera comme tu es car pour moi qui te connais tu es une belle personne...
Revenir en haut Aller en bas
http://lemondelavoyance.forumgratuit.org
Camas



Messages : 829
Date d'inscription : 09/09/2014

MessageSujet: Re: L'autiste voyant   Lun 24 Avr 2017 - 20:58

Wise1980, bonjour, c'est marrant que tu fasses ce temoignage aujourd'hui car je suis justement en train de me demander si mon chéri n'est pas asperger!!! TEs informations me sont donc précieuses!
Revenir en haut Aller en bas
wise1980

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 29/10/2012
Age : 37
Localisation : idf

MessageSujet: Re: L'autiste voyant   Mer 3 Mai 2017 - 6:52

Merci à toutes les deux! Oui, le dire est important, il faut que l'on commence à davantage connaître ce syndrome qui est invisible pour tant de gens tant nous surcompensons pour avoir l'air normaux.

Je suis allé à ma boite d'informatique hier, et je faisais attention, même si ce n'est pas naturel, à bien regarder dans les yeux, je faisais des onomatopées pour rebondir sur leurs propos comme j'ai toujours observé que les gens le faisaient.

Si j'avais été naturel, soit j'aurais écouté les yeux fermés, soit j'aurais regardé un point sur le sol pour me concentrer sur leurs paroles. Mais un tel comportement serait jugé si étrange, décalé.

En tout cas, Camas, n'hésite pas à lire les articles que j'ai écrits, j'ai essayé de détailler au maximum ma manière de voir le monde.

Il faudra que j'écrive un article sur la rigidité de la pensée, car c'est aussi une caractéristique que nous avons tous, même si je la contrebalance avec le bouddhisme.

Amitiés à tous et toutes et très belle journée,
John
Revenir en haut Aller en bas
http://www.unchoix-uneroute.com
lekim
Admin
avatar

Messages : 6028
Date d'inscription : 27/10/2011

MessageSujet: Re: L'autiste voyant   Mer 3 Mai 2017 - 7:41

John si je comprends bien , il y a plusieurs degrés et d'autisme différents....et que des personnes qui sont extrêmement timide , c'est à dire qui ne regard pas en face, qui baisse la tête , qui regard plutôt ailleurs comment les différencier des "vrais' autistes où bine cette timidité est elle une des forme de l'autisme qu'on ne décèle pas ?
Revenir en haut Aller en bas
http://lemondelavoyance.forumgratuit.org
wise1980

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 29/10/2012
Age : 37
Localisation : idf

MessageSujet: Re: L'autiste voyant   Jeu 4 Mai 2017 - 22:33

Camas, si ça peut aider, j'en suis vraiment heureux.

Lekim, l'autisme est en effet un spectre. Il va de la personne non verbale, à forte déficience intellectuelle, au "génie". Entre les deux, il y a plein de degrés d'autisme. Mais on observe, pour les médecins, une scission entre l'autisme avec déficience intellectuelle et sans déficience intellectuel.

Dans le premier cas, on parlait avant d'autisme de Kanner. On dit aujourd'hui simplement "autisme sévère" voire "troubles du spectre autistique avec déficience intellectuelle".
Dans le second cas, si la personne a parlé très tôt couramment (aux alentours de 18 mois), on parle d'autisme asperger. Sinon, d'autisme de haut niveau. Aujourd'hui, ces deux termes ont disparu et on parle de "troubles du spectre autistique sans déficience intellectuelle".

Pour distinguer un véritable autiste d'une personne timide, il faut observer plusieurs choses:
- une rigidité de la pensée: une personne autiste a beaucoup de mal à changer d'avis et considère généralement que les gens sont en partie illogiques, ne pensent jamais à tous les paramètres, ne sont pas assez ordonnés, disciplinés. Elle a une pensée purement analytique, pense avec la pure logique. Le souci est que notre logique n'est pas la vôtre (les personnes sans autisme, dites aussi neurotypiques). Pour moi, par exemple, il est illogique de changer de téléphone portable tant que l'actuel fonctionne et fait ce qu'on lui demande, même s'il est de plus en plus lent. Il est illogique de se précipiter sur une décision avant d'avoir pesé longuement le pour et le contre et avoir tout planifié

- une difficulté importante à comprendre les sous-entendus, l'implicite, le second degré dit sur un air sérieux. Il y a une tendance naturelle à prendre les choses au premier degré.

- une difficulté importante à comprendre les codes sociaux: pourquoi dire bonjour d'une certaine manière, quelle tenue mettre dans tel et tel cas, que répondre dans telle situation, que peut-on dire ou ne pas dire en société, qu'est-ce qui est attendu comme réaction dans telle ou telle situation

- une fatigue importante liée aux interactions sociales, à cause des interprétations permanentes que nous devons faire pour comprendre ce qu'on nous dit, de toutes les questions que nous nous posons sur la manière "correcte" de réagir, sur la distance que nous devons avoir par rapport à notre interlocuteur, quand nous devons ou ne devons pas prendre la parole, etc.

- une concentration importante et systématique sur les détails. Tous les autistes sans déficience intellectuelle semblent penser en détail, en permanence. Ils se perdent souvent dedans. Et ils ont du mal à avoir une vision globale de manière générale.

- des intérêts restreints: un ou deux sujets nous passionnent et... on a énormément de mal à parler ou à s'intéresser à autre chose. Les discussions qui ne portent pas dessus nous semblent inutiles, superflues, inintéressantes. Mon intérêt restreint principal est l'informatique. Heureusement, j'ai aussi la psyché humaine, à travers le bouddhisme, de nombreux livres de développement personnel. Ca m'aide à essayer de comprendre les gens, de manière analytique, par contre.

- une hyper ou une hyposensibilité des émotions. La majorité des autistes semblent avoir une hypersensibilité des émotions. C'est mon cas et celui de l'un de mes fils. Mon ex-femme et mon autre fils sont hyposensibles. Ils semblent ne jamais rien ressentir, n'expriment presque rien sur leur visage. C'est très perturbant.

- une hyper ou une hyposensibilité sensorielles. Majoritairement, c'est plus une hypersensibilité à minima du bruit, mais ça peut toucher les cinq sens. Je suis hypersensible au bruit, à la lumière et au toucher. Mes deux autres fils le sont au bruit. L'un des deux est hypersensible à la lumière, aux odeurs. L'autre est hyposensible au toucher et à la douleur en règle générale.

- un pic de compétence dans un domaine, et souvent des pics d'incompétences dans d'autres. Mon pic de compétence se situe dans la musique. J'ai aussi une capacité à percevoir des choses non dites sur le plan de la voyance. L'un de mes fils a un pic de compétence impressionnant en mathématiques et stratégie. L'autre a un pic de compétence artistique.

- une tendance à l'isolement, comme nous nous fatiguons vite, nous sentons souvent déconnectés et déphasés, incompris, et que nous ne comprenons pas vraiment les gens.

- une difficulté à regarder droit dans les yeux. Je regarde en général entre les yeux, le bas du front, ce qui donne l'illusion que je regarde dans les yeux. Mais naturellement, je regarde sur le côté, et je me concentre sur un point pour écouter la personne sinon je me perds dans les multiples détails de son visage

- une difficulté très importante à pouvoir se mettre à la place des autres (donc une empathie faible, à ne pas confondre avec une compassion qui peut être très importante si on y est sensibilisée, ce qui est mon cas)

- un langage parfois soutenu, un peu décalé

- un perfectionnisme, en règle générale, lié aux détails, ce qui peut provoquer une certaine lenteur

- la nécessité d'avoir beaucoup de rituels, de faire les choses dans le même ordre, avec beaucoup de précisions. Une difficulté émotionnelle à accepter le changement, les imprévus, les situations de mise en situation sans préparation

- très souvent, on observe une mémoire étonnante, auditive ou visuelle, parfois les deux. J'ai une mémoire auditive qui est très bonne et sur plusieurs années. J'avais une excellente mémoire visuelle, mais plus les années passent, plus la fatigue s'accumule et plus je perds ma mémoire visuelle à court terme. 

- beaucoup d'impairs sociaux dus à une difficulté à comprendre les codes sociaux

- une difficulté à clairement comprendre et identifier ses émotions, et à comprendre celles des autres. Quand on me demande comment je me sens, je sens la panique monter en moi car c'est toujours extrêmement confus et très difficile à déterminer (surtout parce que j'essaie de déterminer avec grande exactitude ce que je ressens, ce qui complique encore davantage la chose)

- et enfin une difficulté importante à comprendre les expressions faciales subtiles.

J'ignore si ce sont tous les autistes, mais j'ai aussi un souci de compréhension verbal, qui est non visible. 
Quand on me parle, je comprends les mots un par un, détachés les uns des autres, et mon cerveau les interprète tous de manière indépendante. A cela s'ajoute la difficulté des liaisons entre les mots qui peuvent me faire penser qu'une personne a dit un mot alors que ça n'était pas le cas. Il me faut un laps de temps très court (peut-être une seconde) pour réassembler tous les mots et trouver le sens le plus logique. Si une personne marque une pause, même très courte, entre deux syllabes, je dois encore une fois trouver le bon sens. Exemples: "c'est vrai qu'il est beaucoup plus vieux qu'elle". Mon cerveau entend: "c'est vrai" "qu'il est pluvieux" "qu'elle". Je vois l'image d'une averse. Incompréhension, je ne saisis pas la phrase. Puis je comprends la liaison entre "plus" et vieux", et le lien avec "qu'elle". Tout à l'heure, dans la file d'attente, quelqu'un a dit, en marquant une très courte pause entre deux syllabes: "tu la tutoies, à présent?". Mon cerveau a entendu "tu la tues, toi à présent?" car elle a marqué une très légère pause entre le tu et le toies. Et c'est tous les jours comme ça, d'où l'épuisement des interactions sociales (en partie, car je me pose aussi énormément de questions sur la bonne manière d'agir socialement, la position à avoir, etc.)

J'ai réussi à retrouver une partie des tests que j'ai passés, en ligne.

Voici le test de détection des émotions sur les visages: http://docs.autismresearchcentre.com/tests/FacesTest_French.pdf

Dans l'ordre de gauche à droite, et de haut en bas, voici ce que je peux dire, parfois après de longues minutes d'observations:
- contente (expression très marquée)
- effrayée pour le visage, mais en colère pour les yeux. Donc je ne sais pas
- surprise (expression très marquée)
- dégoûtée (expression très marquée)
- ni dégoûtée, ni triste, seulement concentrée
- ni en colère ni effrayée. J'aurais plutôt dit suspicieuse
- surprise (expression très marquée)
- triste (expression très marquée)
- contente (expression très marquée)
- en colère (expression très marquée)
- ni rusée, ni arrogante. J'aurais encore une fois dit suspicieuse
- ni arrogante, ni coupable. J'aurais dit inquiète
- pensive (expression très marquée)
- ni surprise, ni admirante. J'aurais à nouveau dit pensive
- ni moqueuse, ni coupable. J'aurais à nouveau dit suspicieuse
- je dirais contente
- ni ennuyée ni somnolente. J'aurais dit blasée, voire hautaine
- ni désintéressée, ni intéressée. En fait, je ne sais pas comment interpréter son visage
- intéressée
- arrogante (expression très marquée)

Le test des faux pas est à cette adresse: https://www.autismresearchcentre.com/arc_tests/ Il faut cliquer sur Faux pas Test (Adult) puis sur la version française. Je n'ai trouvé qu'un seul faux pas, quand l'amie révèle à une autre qu'il y a une fête surprise pour son anniversaire.

Il y a aussi le test des regards, que j'ai vraiment raté.

J'ai eu un test sur la théorie de l'esprit. Par exemple, on m'a demandé "vous arrivez chez vous avec votre compagne et vous voyez les pompiers garés près de chez vous. Que ressentez-vous et que pourrait ressentir votre compagne?" 


Et... ma réponse:
"- est ce que c'est près de chez moi parce qu'ils n'ont pas pu se garer devant ou parce que ça concerne un voisin?
- Si c'est parce qu'ils n'ont pas pu se garer avant, est-ce que j'habite un pavillon ou un appartement? Car dans le premier cas, je peux vraiment m'inquiéter si quelqu'un d'autre vit dans la maison, sinon, je ne sais pas si ça concerne quelqu'un de ma famille car je ne sais pas quel appartement est touché.
- est-ce que l'on voit de la fumée? Et si tel est le cas, si j'habite un immeuble, est-ce la fumée s'échappe de mon appartement ou d'un appartement proche?
- s'ils se sont garés près de chez moi mais que ça ne me concerne pas, est-ce qu'ils se sont garés près de chez un voisin que je connais bien? Car si je le connais bien, je pourrais m'inquiéter, sinon, je vais juste prendre la venue des pompiers comme une information. Est-ce que l'on voit déjà quelqu'un sur un brancard ou non? Les pompiers sont-ils nombreux?"

Bref, je ne cessais d'analyser toutes les possibilités pour dire que je me sentirais neutre ou inquiet voire carrément angoissé selon les paramètres. Et que j'ignorais complètement comment ma compagne se sentirait.

En fait, ce qui perturbe les gens, c'est qu'il n'y a aucune déficience intellectuelle, et donc le handicap semble invisible, voire inexistant.


Dernière édition par wise1980 le Jeu 4 Mai 2017 - 23:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.unchoix-uneroute.com
libellule



Messages : 1842
Date d'inscription : 18/06/2014

MessageSujet: Re: L'autiste voyant   Jeu 4 Mai 2017 - 23:04

Merci de ce temoignage et de ces "explications"
C'est un gros travail que tu fais
pour les autres et pour toi mm

Cotoyant dans le cadre de mon travail et personnellement des personnes autistes asperger, je reconais bien tes descriptions
Revenir en haut Aller en bas
lekim
Admin
avatar

Messages : 6028
Date d'inscription : 27/10/2011

MessageSujet: Re: L'autiste voyant   Ven 5 Mai 2017 - 7:57

Merci infiniment John pour cette explication très complète ...effectivement avec l'exemple que tu donnes sur le camion des pompier , montre bien que ton cerveau analyse tout ...avant d'avoir une réponse et on comprend la fatigue à la fin d'un journée  suite à cette attention permanent que tu dois avoir afin de pouvoir comprendre d'intégrer les gestes , la parole etc...afin de les situer dans le bon contexte...
Revenir en haut Aller en bas
http://lemondelavoyance.forumgratuit.org
Camas



Messages : 829
Date d'inscription : 09/09/2014

MessageSujet: Re: L'autiste voyant   Ven 5 Mai 2017 - 10:43

Coucou, j'ai fait le test des faux pas j'en ai trouve 2, le meme que toi et celui du client qui demande à un autre client de nettoyer le cafe, en revanche je ne sais pas ou sont les résultats de ces tests???
Revenir en haut Aller en bas
lekim
Admin
avatar

Messages : 6028
Date d'inscription : 27/10/2011

MessageSujet: Re: L'autiste voyant   Ven 5 Mai 2017 - 15:04

j'ai fait les tests des visages et celui du faux pas mais comme Camas je ne trouve pas les résultats ?
Revenir en haut Aller en bas
http://lemondelavoyance.forumgratuit.org
wise1980

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 29/10/2012
Age : 37
Localisation : idf

MessageSujet: Re: L'autiste voyant   Ven 5 Mai 2017 - 17:31

Il n'y a pas de résultats malheureusement. C'est juste que je voyais qu'il notait bon ou pas quand je donnais ma réponse, et j'ai presque toujours eu faux pour les faux pas ou les émotions faciales.

J'ai passé, au préalable, des tests écrits que je leur ai remis. Ils sont donc un bon indicateur:

http://www.rdos.net/eng/Aspie-quiz.php
http://pages.infinit.net/frelyne/aspi/AspergerIndex.html

j'ai obtenu 157 pour Asperger pour le premier test (http://www.unchoix-uneroute.com/wp-content/uploads/2016/01/quiz3.pdf)

J'ai obtenu les scores de 31, 19, 57 et 71 pour les quatre autre tests. Pour les deux derniers résultats, je suis dans la moyenne, mais basse pour le quotient amitié et relation (et haute pour le quotient méthodique révisé).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.unchoix-uneroute.com
stroumpfette

avatar

Messages : 927
Date d'inscription : 17/02/2012

MessageSujet: Re: L'autiste voyant   Lun 5 Juin 2017 - 0:20

Bonsoir John,
Ravie de te lire à nouveau sur le forum et j'en aurai appris des choses sur l'autisme et je comprends qu'il n'y a pas d'âge pour détecter des choses de soi alors qu'on dit souvent que c'est tout petit voir jusqu'à un certain âge de l'enfant qu'on peut découvrir des particularités ou différences.
Aussi, j'ai retenu que l'un de tes enfants avait une hypersensibilité aux odeurs c'est également mon cas et il faudrait que je prends le temps de savoir d'où vient cela que j'ai développé vers l'adolescence ou 20 ans je pense auquel s'ajoute une mémoire olfactive si c'est du français, je peux sentir une odeur 10 ans plus tard elle me rappellera quelqu'un ou une situation.
Aussi, comme l'a dit Lekim ça doit être épuisant de tout analyser en détail.
Enfin, merci pour ta longue explication et prend bien soin de toi.
Revenir en haut Aller en bas
wise1980

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 29/10/2012
Age : 37
Localisation : idf

MessageSujet: Re: L'autiste voyant   Mar 27 Juin 2017 - 9:17

Merci schtroumpfette!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.unchoix-uneroute.com
Marie*



Messages : 153
Date d'inscription : 25/09/2017

MessageSujet: Re: L'autiste voyant   Ven 10 Nov 2017 - 19:27

wise1980 a écrit:
Bonsoir,

Très joli récit. Merci pour ce partage. 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'autiste voyant   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'autiste voyant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'autiste voyant
» pour les profs: élève dyslexique, autiste ou EIP
» problème voyant abs/klaxon
» ENFANT AUTISTE
» PIERRE POUR ENFANT AUTISTE ???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE MONDE DE LA VOYANCE  :: INFORMATION FORUM :: DETENTE ET DISCUSSION :: HISTOIRE DE NOTRE VIE-
Sauter vers: